Peinture & Ecriture

Le Désert

Le Désert - Peinture & Ecriture "Le goût, c'est la mort de l'art"
Edgar Degas
Le désert
de Josiane Bisson
Huile sur toile 12x18
(Prix de vente 105€)

Joindre l'artiste à propos de ce tableau

Extrait de mon recueil de nouvelles

Pharaon vénéré

Assise au pied du temple d’Abou Simbel, je contemple une dernière fois la beauté de l’édifice. Il est grand temps de partir, pourtant mon regard ne parvient pas à se détacher de l’œuvre aux quatre colosses. Les lourdes portes se referment, barricadant tous les trésors du sanctuaire. La horde de touristes dispersée, bien plus occupée par leurs papoti-papota inutiles, la sérénité peut enfin envahir à nouveau les lieux.

Tout semble mort, anesthésié et pourtant, derrière les murs épais du monument, dans un silence de nuit éternelle, une à une les torches s’allument dans l’allée centrale. Peu à peu, la galerie royale sort de sa pénombre et un halo de lumière jaillit sur la porte située au fond du temple. La luminosité s’intensifie et dans un bruit de tombeau qui s’entrouvre, la porte glisse, laissant apparaître une silhouette dressée au beau milieu de l’ouverture. Ramsès II, le pharaon vénéré fait son entrée.

Progressivement, les personnalités émergent de chaque allée du labyrinthe. Toute la lignée royale s’approche. Séthi, le père de Pharaon, Iset la Belle et première épouse, Moïse, complice hébreu du grand conquérant, Améni le scribe, enfin son épouse favorite, Néfertari. L’enceinte est maintenant baignée de lumière. Chaque futur notable d’Egypte prend place autour du grand Ramsès. Debout, le port de tête royal, serti d’un diadème surmonté d’un cobra aux yeux rubis, le pagne d’apparat couvrant une magnifique peau d’ébène, Ramsès déclare les festivités ouvertes. Le son des luths et des harpes commence à se faire entendre, quelques rires éclatent et, dans une nuée de voiles, les danseuses sacrées font leur apparition. Colliers de bleuets ornent le buste des belles. Dans une succession de gestes lascifs, les ballets s’engagent. Jouant de leur corps pour le plus grand plaisir des convives, les artistes tournoient autour des vasques en forme de fleur de papyrus.

Les réjouissances se poursuivent avec l’apparition des serviteurs présentant, dans des plats d’albâtre, les mets les plus fins concoctés pour l’occasion. Cailles rôties, ragoût de pigeons, agneaux aux herbes fines, poissons, gâteaux au miel, dattes et paniers de raisins sont disposés sur l’immense table recouverte d’une nappe de lin blanc. Le rituel des offrandes débute par la dégustation d’une coupelle de vin des oasis. Les jarres de lait sont également déposés à chaque extrémité du buffet. Lotus blancs et bleus, lys, iris embaument la pièce de la cérémonie.

Néfertari, plus belle que jamais, est parée d’une longue robe de voile blanc et de la dernière parure offerte par Ramsès en gage de son amour. Le joyau d’or, orné de saphirs, rubis, turquoises et autres pierres précieuses scintillent à la lueur des torches et des lampes à huile. Même les hiéroglyphes semblent s’animer sous les étincelles des flammes.

C’est ainsi que, chaque jour, la grande dynastie se retrouve, la nuit tombée, et ce, jusqu’à l’aube, avant de se réendormir, laissant place au troupeau de visiteurs accoutrés d’objets et de déguisements du plus mauvais effet, mais...à chacun son ère !

J.B

Contact | Copyright et Mentions légales | Privé